Font Size

Cpanel

Interdiction de brûlage des végétaux, à l'air libre ou en incinérateur

lebrulage


Les déchets dits verts, éléments issus de la tonte des pelouses, de la taille de haies et d’arbustes, d’élagages, de débroussaillement et autres pratiques similaires constituent des déchets quel qu’en soit le mode d’élimination ou de valorisation.
 
L’arrêté préfectoral n° 12 SIDPC-DDTM 627 et l’article 84 du règlement sanitaire départemental rappellent l’interdiction totale du brûlage des végétaux, à l’air libre ou en incinérateur. Le brûlage des végétaux sur pied est également interdit.
 
Les contrevenants aux dispositions réglementaires relatives aux brûlages des déchets et végétaux sont passibles d’une amende prévue pour les contraventions de 3e classe en application de l’article 131-13 du code pénal (68 € au plus).
 
Les déchets verts doivent être apportés en déchetterie ou recyclés par compostage.
Le broyage sur place des déchets verts pour les valoriser sous forme de paillage est une solution à privilégier. C’est un bon moyen de limiter la pousse des « mauvaises herbes », de garder le sol humide au pied des plantes cultivées, d’apporter de la matière organique au sol et d’en limiter la dégradation par ruissellement de l’eau.
Les branches broyées, les tontes de gazon, les feuilles mortes, les déchets de cuisine (épluchures…) déposés au fur et à mesure dans un composteur fourniront en quelques mois un excellent terreau, utilisable chez soi dans le potager ou dans les massifs.